Regarder comment les autres préparent Noël, comme pour tout sur les internets, ça peut donner des idées, des envies, des frustrations. 

Heureusement que je ne suis pas envieuse, car ce que j'aime consulter est loin de mon quotidien. 

Surface de folie, espace désencombré, froid polaire, tout est à l'opposé de chez moi. 

Pour autant, je ne me fais aucun mal. Ca m'importe peu de ne pas avoir de grands volumes, de la neige. OK, pour les solutions de rangement, je ne dirais pas non. 

Mes yeux ont un filtre sélectif, au final, je m'attarde sur des détails, et ce sont des petites choses qui me plaisent.

Un ruban en velours qui apporte une touche élégante à la moindre branche de sapin. Une petite touche bleue qui change du prévisible rouge. 

Des biscuits qui me rappellent que nous avons promis que nous ferons des sablés de Noël novembre ce week-end. 

Une grenade que j'ajoute à ma liste de courses. 

Le gui suspendu me rappelle que cet été j'ai trouvé un endroit où je peux en couper sans avoir à mobiliser l'acrobate de la famille (sauf si je ne suis pas la première à vennir couper ce gui). 

Ma vision sélective est positive.

Dans cette grande maison danoise rouge et blanche, je serais la plus flipée au monde. Cette tradition d'allumer des bougies suspendues aux branches du sapin me donnerait des sueurs froides. Et camper dans le jardin serait un cauchemar. 

sapin_ruban_velours

blanche

* Photos - Boligmagasinet *